Aujourd’hui, les jeunes diplômés sont 29% à changer trois fois (ou plus) de poste sur les trois années suivant l’obtention de leur diplôme. Les générations actuelles quittent en effet leurs « jobs » de plus en plus tôt, 16 mois en moyenne. Là où nos aînés pouvaient faire carrière dans la même filière, et parfois même au même poste. Selon une étude Mercer de 2018 un tiers des employés prévoient de quitter leur poste actuel dans les 12 mois. Ce raccourcissement de longévité par poste est en partie expliqué par le “boom” des plateformes de recherche d’emploi en ligne, nous pouvons citer Indeed, LinkedIn, ou Jobteaser qui gagne de plus en plus de terrain sur la scène scolaire et groupe d’alumnis. Et plus généralement par une ouverture du monde facilitant grandement les échanges internationaux et intercontinentaux.

La mondialisation non plus n’y est pas innocente. En effet, l’internationalisation, et l’interconnexion grandissantes de notre monde se dirigent nettement en faveur du raccourcissement de longévité des jobs. Il est aujourd’hui bien plus simple d’établir des liens avec des personnes en dehors de notre cercle de connaissances, et ceci quelque soit son pays de résidence. Tout ceci pour en venir à une constatation : le nombre de fois que les actifs quitteront leurs emplois est en nette augmentation et la tendance est pour l’instant vouée à rester à la hausse.

L’offboarding, une opportunité unique d’améliorer la marque employeur

Avec de plus en plus d’intérêt à améliorer l’expérience collaborateurs, l’offboarding reste une étape qui nécessite davantage d’attention, et qui, au même titre que l’onboarding comme nous en parlions sur cet article, est un passage essentiel au cycle de vie d’un collaborateur. Même si redouté de beaucoup, il n’en demeure pas moins que l’offboarding représente une opportunité d’apprendre de ses erreurs et de s’améliorer, côté employés tout comme côté entreprise.

Chaque employé possède un réseau qui lui est propre, et auquel il partagera ses ressentis vis-à-vis de son employeur, il correspond donc à un levier qu’une entreprise peut utiliser pour améliorer sa marque employeur, afin que les employés en sortie transportent un message positif auprès de ces interlocuteurs.

Prenons un exemple parlant de lui-même : l’entreprise Patagonia. Vous avez sûrement entendu dire que c’est une entreprise pour laquelle il est agréable de travailler, mais comment le savez-vous? Simplement grâce à son réseau d’ambassadeurs qui communique en cette faveur.

Chaque ancien employé est un ambassadeur de votre entreprise

Un ambassadeur est commis à représenter et promouvoir une organisation, faire de vos anciens collaborateurs des ambassadeurs impactera positivement votre marque employeur. Puisque ce sont eux-mêmes qui vont stimuler la visibilité de l’entreprise au yeux de tous, ceci de manière très économe puisque peu de frais sont engagés. C’est en conversant avec de potentiels clients / candidats ou en communiquant sur les réseaux sociaux que vos ambassadeurs auront un impact. Un facteur déterminant dans l’engagement de vos anciens employés est la connexion émotionnelle long-terme qu’ils auront avec votre entreprise.

Une étude mené par MSLGroup démontre que le contenu partagé sur les réseaux sociaux par les collaborateurs d’une entreprise peut avoir jusqu’à 561% plus de portée que si il fut partagé sur la page d’entreprise. Et c’est naturellement qu’ils promeuvent les valeurs, la mission et la vision de l’entreprise.

Les ex-employés en tant qu’ambassadeurs peuvent représenter au mieux votre marque employeur dès lors qu’ils comprennent pleinement les éléments profonds composants les valeurs, les objectifs et l’éthique de l’entreprise.

De plus, la dernière expérience qu’un employé ait vécu avec l’entreprise sera celle qui s'inscrira dans sa mémoire. En plus de fidéliser vos ex-employés à l’image de marque, nous y trouverons également un “effet alumni” qui y sera associé. Deloitte par exemple a économisé $3,8 million en utilisant son réseau d’employés alumni à des fins de recrutement.

Le digital pour faire de vos offboardees des ambassadeurs de votre marque employeur !

Nous parlions dernièrement de l'intérêt du digital pour intégrer les collaborateurs, et particulièrement en période de crise sanitaire comme nous le vivons actuellement. Les collaborateurs sur le départ sont aussi le plus à même de fournir des retours honnêtes puisque leur vie ne dépend plus de l’entreprise. Par conséquent, un simple programme de sortie de collaborateur pourrait conduire à bien des trouvailles pour améliorer la rétention et l’expérience des collaborateurs, à la base de simple feedbacks. Notre article sur les 6 bonnes pratiques pour vos départs de collaborateurs pourra vous y aider.

Au moment de l’offboarding, c’est véritablement la fidélité de l’employé qui est en jeu. Si bâclée ou laissée de côté, il est très simple de tomber dans un perçu négatif pour l’employé. C’est pourquoi il est primordial de porter attention à l’offboarding de vos collaborateurs, le digital peut aujourd’hui être mis à profit pour ce passage.

C’est avec les bons outils technologiques que nous pouvons standardiser les complexités associées à l’offboarding des collaborateurs. Afin d’automatiser le workflow de sortie, récolter des informations précieuses sur des points d’amélioration en interne, faciliter et rendre agréable l’offboarding à travers une plateforme en ligne généralisant un ensemble de tâches formelles et informelles.

Ces outils digitaux permettent désormais de créer et d’automatiser un processus RH de sortie de collaborateur à la pointe de la technologie, à l’aide de plateformes nous permettant de communiquer efficacement, de n’oublier aucun sujet avant le départ, et de récolter de précieux feedbacks pour une sortie de l’entreprise fluide et pratique.

Grâce à Workelo, vous pouvez désormais assurer une expérience complète et unique pour vos collaborateurs, dès l’Onboarding, et ceci jusqu’à l’Offboarding.