Face à l’entrée des nouvelles générations sur le marché du travail et à la pénurie de compétences dans certains domaines, les entreprises doivent repenser leurs pratiques d’intégration et de fidélisation si elles souhaitent rester compétitives.

Génération Z ?

La génération Z est composée des personnes nées après 1995 qui arrivent désormais massivement sur le marché du travail. C’est donc une génération qui a grandi avec l’essor des nouvelles technologies. Avec eux, c’est une nouvelle culture du partage, de l’instantanéité et de l’accessibilité qui a émergé.

“La première caractéristique de la génération Z, c’est leur culture de l’expérimentation, leur prédilection pour le travail d’équipe et pour les projets. Cela vient de leur culture numérique. Il n’y a plus pour eux de “maître” qui possède la connaissance et peut la dispenser. […] Ils se sont formés en partie seuls grâce à Internet. Ils ont donc un autre rapport à l’apprentissage professionnel et ils veulent avant tout que l’entreprise soit un lieu où ils vont continuer à apprendre, à expérimenter.” Elodie Gentina, dans Generation Z : Des Z consommateurs aux Z collaborateurs

Caractérisée par son pragmatisme, sa polyvalence et son esprit d’équipe, la génération Z privilégie l’expérimentation et les projets “en mode agile”. Le travail est collectif et est vécu comme une source d’épanouissement. Il n’est majoritairement plus considéré comme une contrainte ou une source d’anxiété.

72%. Selon une étude Ipsos-BGC-CGE (2018), 72% des jeunes affirment que leur épanouissement professionnel reposera avant tout sur le fait d’être en phase avec leurs valeurs. Les jeunes collaborateurs sont ainsi particulièrement sensibles aux valeurs véhiculées par l’entreprise et au sens qu’ils trouveront à leur travail. Il s’agit pour la nouvelle génération de contribuer à un projet qui leur tient à cœur, à condition que l’expérience soit enrichissante et valorisante.

Mais alors comment faire pour bien les intégrer?

Voici quelques conseils pour bien intégrer ces nouvelles recrues mais pas que  :

  • Soyez transparent sur toutes les informations que vous transmettez ! Transparence rime avec confiance. Rien de pire que de dissimuler volontairement des informations/des contraintes : soyez honnêtes (au maximum).
  • Insistez sur le cadre de travail, la culture, les valeurs… Aujourd’hui, le travail ne doit plus être une contrainte, mais une source d’épanouissement. Les jeunes prennent en compte au-delà du travail, leur cadre de vie ! Mais ne croyez pas que cela s’applique uniquement à des jeunes cadres ou futurs cadres : tous les postes sont concernés !
  • Pensez mobile, cette génération est née avec un mobile entre les mains, et avec des applications fluides et intuitives. Fini les grosses applications d’intégration qui ressemblent à des “usines à gaz” ! Par exemple chez Workelo, nous poussons le contenu sur mobile à la bonne personne, au bon moment et ça fonctionne !
  • Simplifiez au maximum les démarches administratives. Ayant horreur de la bureaucratie, cette génération ne fait plus l’effort de lire en entier son contrat de travail, ou de suivre toutes les démarches à la lettre… Optimisez leur temps et le vôtre en condensant toutes les démarches en une seule même si cela demande plus d’organisation de votre part.
  • Ayez une culture du feedback. Il faut donner la possibilité aux jeunes collaborateurs de donner leur avis. Empreints d’une culture de la notation constante (restaurants, hôtels, lieux)…. Il leur paraîtra naturel et primordial de donner leur retour d’expérience sur le processus d’onboarding et (tant mieux pour vous !) de suggérer des améliorations !
  • Mettez en place un système de parrainage (Buddy). Insistons à nouveau sur le deuxième point concernant le cadre de travail : le système de Buddy est le moyen le plus efficace pour le nouveau collaborateur de développer son réseau, de découvrir ses collègues et de comprendre toute la culture “informelle” de sa nouvelle entreprise !

Ce n’est pas bientôt fini ?

La liste est longue ; ajoutons néanmoins qu’il est nécessaire, dans la mesure du possible, de privilégier des cas pratiques en groupe à de longues présentations, de faciliter la rencontre avec les collègues et d’informer les recrues bien en amont de leur arrivée…. Mais dans certain cas cela ne suffira pas. En effet, pour certaines entreprises, attirer et conserver la génération Z demandera une réflexion plus large sur leur organisation et leur fonctionnement.

Vous l’avez compris, il est primordial de réussir l’onboarding de la génération Z pour bien l’intégrer. À l’inverse d’autres générations, elle n’hésitera pas à partir au bout de quelques mois si ses attentes ne sont pas remplies !